Pet_Shop_Biscuit_55bGalerie

  • 21 juin 2014
  • Performance / installation vivante dans le cadre du Festival transaméricain d’art engagé Encuentro
  • Rue de Maisonneuve, angle Guy, Montréal

Performance, conception et réalisation : Marie La Vierge
Collaboration : Christine Bellerose
Caméra et assistance : Simon Labonté
Crédit photo : Alexandre Flynn
Assistance : Mélanie Leblanc

RÉCIT

Je m’appelle Puppe (prononcé « poupie », terme allemand signifiant « poupée »). Je suis une femelle humaine domestiquée. Je suis à louer. Je suis toujours heureuse et toujours belle. Je suis ce que vous voulez que je sois. Je veux ce que vous voulez. Je vous aime inconditionnellement. Je vous écoute sans vous juger. Je vous prête ma volonté, mon identité, mon existence. Je suis une animale domestique parfaite, loyale, attentive, pleinement présente pour vous. Je ne menace rien, je ne contredis rien, je ne demande rien. Je suis dégriffée, muette et sans poils. Je suis la négation de moi et l’affirmation de vous. Merci.

SYNOPSIS

Je suis dans une cage à chien et je porte un collier pour chien. Je suis à la fois aguichante et élégante. Je suis dans une situation visiblement inconfortable et contraignante, mais je souris avec complaisance. À côté de moi se trouvent un comptoir caisse et une vendeuse bilingue qui accueille le public. Nous sommes abrités sous une tente (style vente-trottoir) sur laquelle une bannière annonce le titre de la performance, Pet Shop, l’Animalerie. Des pancartes affichent mon pedigree, mes attributs, les services offerts et leurs prix. Il y a aussi tout près de moi un piano, pas à queue, sur lequel les passants s’évertuent.

Le Pet Shop offre un service de location d’animal domestique (moi). Les passants pourront me louer à l’heure (ils devront signer un contrat de location). Ils obtiendront mon amitié chaste et silencieuse, mon écoute et ma présence totales, de même que mon amour inconditionnel pour le temps loué. Les rencontres auront lieu dans un lieu public à Montréal, à une date et une heure convenues entre le vendeur et l’acheteur.

Sur place, les passants pourront aussi, moyennant des frais, me donner un biscuit amaigrissant, me flatter, me faire faire une cabriole et me faire prendre une marche de 10 mètres (aller-retour) au bout d’une laisse.

INTENTION, PROPOS ET QUESTIONS

Pet Shop, l’Animalerie est une performance engagée et féministe.

L’espace domestique a longtemps été considéré comme le milieu naturel des femmes. Nous appelons également nos animaux de compagnie des animaux domestiques. Mais qu’est-ce que la domesticité? La domestication? L’espace domestique?

La sphère domestique pourrait-elle être perçue pour beaucoup de femmes, d’enfants, d’animaux non-humains et d’hommes comme une sorte de prison invisible et dorée, où sont appliqués dans l’intimité les diktats sociaux?

Pouvons-nous considérer que chaque femme, chaque être humain, est aussi domestiquéE? N’avons-nous pas appris, particulièrement les femelles humaines, à contenir et refouler notre nature sauvage et instinctuelle? Chacun de nous n’a-t-il pas été dompté dès la naissance?

Redéfinis par ce qu’on appelle l’éducation, transmise notamment par la famille (espace domestique) et les institutions sociales, nous avons été faits conformes aux mœurs et coutumes jugées acceptables, tout comme nos animaux domestiques. Nous avons été moulés aux attentes des sociétés au sein desquelles nous sommes néEs. Nous exigeons en particulier des femelles humaines qu’elles soient des animaux passifs, domestiques, obéissants, soumis, dévoués, sacrifiés à l’intérêt et aux besoins des autres, notamment des maîtres (père, frère, mari, conjoint dont elles sont officieusement la propriété).

Par ailleurs, nous achetons et vendons des êtres vivants, des animaux non-humains, des femmes et des enfants, comme des objets, pour en faire usage. Pouvons-nous dire des travailleurs en général aussi qu’ils se vendent en vendant leur temps, leur vie et leur énergie? N’achetons-nous pas le temps, la vie et l’énergie d’autres êtres humains (par le travail, la production industrielle, le capitalisme mondial), comme nous le faisons des animaux domestiques et d’élevage?

Voici quelques définitions provenant du Petit Robert de la langue française (éd. 2002) servant de pistes de réflexion :

Domestication : Action de domestiquer; son résultat; syn. : Asservissement, assujettissement
Domestiquer : Rendre domestique (une espèce animale sauvage); syn. : Apprivoiser / Amener à une soumission totale, mettre dans la dépendance; syn. : asservir, assujettir / Maîtriser (qqch) pour utiliser; syn. : Dompter.
Domestique : adj. Qui concerne la vie à la maison, en famille; syn. : Ménager, familial, intime / Qui vit auprès de l’homme pour l’aider, le nourrir, le distraire, et dont l’espèce, depuis longtemps apprivoisée, se reproduit dans des conditions fixées par l’homme; syn. : Familier / Qui concerne un pays, à l’intérieur de ses frontières; Syn. : intérieur. Nom : Personne noble ou roturière attachée à la maison du Roi, d’un prince / Personne employée pour le service, l’entretien d’une maison ou le service matériel intérieur d’un établissement / Ensemble des domestiques d’une maison.
Domesticité : État, condition de domestique; Ensemble des domestiques; Condition d’animal domestique

D’autres définitions extraites du Larousse en ligne…

Socialisation : Processus par lequel l’enfant intériorise les divers éléments de la culture environnante (valeurs, normes, codes symboliques et règles de conduite) et s’intègre dans la vie sociale.
Mœurs : Pratiques sociales, usages particuliers, communs à un groupe, un peuple, une époque. / Habitudes particulières aux animaux de chaque espèce. / Habitudes de vie, comportements individuels. / Ensemble des règles morales codifiées par les lois d’un pays, en particulier sur le plan sexuel. / Conduites individuelles, en particulier sur le plan sexuel, considérées par rapport à ces règles.
Acculturation : Adaptation d’un individu ou d’un groupe à la culture environnante.

 

 THÈMES ET SOUS-THÈMES

La performance Pet Shop porte sur la domestication. Voici une liste de parallèles que je fais au premier, second et troisième degré entre ces différentes notions, à partir du concept de domestication qui est ainsi décliné.

  • Domestication / domesticité / vie domestique Processus de socialisation
  • Conformisme / obéissance / asservissement Processus d’acculturation
  • Condition animale (domestique)
  • Notion de nature (sauvage) vs culture (morale)
  • Condition féminine Esclavagisme (passé et présent)
  • Violence familiale (caractère carcéral de l’espace domestique)
  • Prostitution du travailleur (dans le sens large)
  • Hypersexualisation du corps féminin
  • Dénaturement